webleads-tracker

Ministère de l’Enseignement

Ministère de l’Enseignement

témoignage

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Au sein de la sous-direction des systèmes d’information et des études statistiques du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR), le département des outils d’aide au pilotage a pour mission d’accompagner les décideurs de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation dans leur prise de décision. Enjeu clé : la gestion des référentiels.
 

Quels étaient vos besoins initiaux ?

Emmanuel Weisenburger : Nous travaillons pour l’ensemble des intervenants français dans le 7e Programme Cadre de Recherche et Développement (PCRD) de l’Union européenne : représentants nationaux dans les instances de décision du PCRD, organismes de recherche (CNRS, CEA, etc.) et universités… Nous cherchions à proposer aux utilisateurs des indicateurs clés permettant de situer un organisme ou une université française par rapport à ses homologues français et européens, dans différents domaines. Or, les données permettant de les identifier sont saisies manuellement, sans aucune norme ni homogénéité, sans lien avec les référentiels en vigueur. Par conséquent, un même organisme peut être présent dans la base sous de multiples dénominations.  Impossible alors de répondre de façon fiable aux attentes des utilisateurs.  Il devenait donc indispensable de recoder l’ensemble des données pour créer une base propre.
 

En quoi consistait le projet ?

EW : Après un POC qui a permis de formaliser le besoin et la solution technique, nous avons lancé un appel d’offre, remporté par Micropole, grâce à leur connaissance de notre secteur et leur expertise poussée sur cet aspect pointu de la Business Intelligence. La solution développée couple un processus de recodage automatique en langage SAS (Statistical Analysis System), construit à partir de la comparaison des chaînes de caractères et du rapprochement des chaînes proches (fuzzy matching), et une interface de recodage pour traiter manuellement, mais de façon efficace, les enregistrements orphelins. In fine, il s’agit de relier chaque enregistrement à une entrée de référentiel.
 

Quels bénéfices en retirez-vous aujourd’hui ?

EW : La phase de recette nous a permis de bien gérer la prise en main de l’outil.  60 % des données ont ainsi été recodées automatiquement, ce qui est considérable car la base de données PCRD compte 400 000 entrées ! Au-delà du traitement de cette source, le principal avantage réside dans le caractère générique de cette solution, c’est-à-dire la capacité à pouvoir la mettre en place pour d’autres problématiques, comme le suivi des dépôts de brevets par exemple. Enfin, notre collaboration avec Micropole a été aussi fructueuse qu’agréable. Leurs intervenants se sont montrés très à l’écoute de nos besoins et nous avons beaucoup appris les uns des autres. C’est aussi cette relation humaine riche qui nous a permis de mener à bien ce projet stratégique.

 

 

TANGUY LE NOUVEL
Responsable Connaissance client et Data Mining
tlenouvel@micropole.com

Micropole * CRÉATEUR DE DIFFÉRENCE

Envoyer à un ami

Valider
Le lien a été envoyé au destinataire avec succès.
Télécharger


Conformément à l'article 27 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978, les champs d'information que vous remplissez sont nécessaires à l'enregistrement et au traitement de votre demande. Nous ne les transmettrons pas à des tiers. Par ailleurs, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Pour l'exercer, contactez-nous par courrier ( Micropole, 91-95 rue Carnot - 92300 Levallois-Perret ) ou par e-mail à: service-clients@micropole.com